Administrations centralesAnalyses sectoriellesSecteur public

Les compétences numériques en question au sein de l’État

Jacques Marzin, directeur interministériel des systèmes d’information de l’Etat, exprime lors d’une interview les évolutions quant aux compétences numériques des services de l’Etat. Il mentionne trois compétences prioritaires à l’image des récents modèles de projets promus par le SGMAP : des agilistes ou encore des spécialistes des méthodes de projets plus agiles pour éviter les projets en grande cascade se soldant bien souvent par un chaos financier, des développeurs et des animateurs de communautés pour booster le travail collaboratif. Jacques Marzin souligne également que l’innovation (design) est trop souvent sous-traitée et au contraire, pas assez la partie RUN ou exploitation des projets. Mais sont également recherchés, selon Laure Lucchesi d’Etalab, des connaisseurs de politiques publiques, des experts d’informations géographiques, des juristes, économistes ou encore des spécialistes des sciences sociales. On ne construit plus un service sans associer un métier : la composition d’équipes pluridisciplinaires est désormais la règle.

Enfin, si ces sujets intéressent beaucoup de personnes, le frein pour recruter ces profils réside dans le manque de compétitivité du secteur public en termes d’évolutions en comparaison du secteur privé. La solution réside dans la création de passerelles publiques/privées. Pour réussir la beauté des produits numériques, il ne faut pas hésiter à revoir les règles !

Dans son étude 2014 dédiée aux ministères et agences de l’Etat, MARKESS constate que l’objectif de transformation numérique va en effet bien au-delà du développement des usages numériques comme ils l’ont été amorcés ces dernières années. Il s’agit de réorganiser en profondeur le fonctionnement des administrations en intégrant des critères propres au numérique : collaboration, agilité, flexibilité, mise en commun… autant de défis pour des administrations construites sur une hiérarchie structurée et cloisonnée. Parmi les évolutions impactant les systèmes d’information, 31% des décideurs de ministères et agences interrogés par MARKESS citent l’instauration d’un mode développement selon des méthodes agiles et 24% une redéfinition des compétences informatiques.

©MARKESS - Évolution organisationnelles impactant les systèmes d'information des ministères et agencesEn savoir plus