La protection des données

À l’occasion du 28ème Congrès du Coter Club, MARKESS a présenté la 4ème édition de son Observatoire des compétences et de la maturité numérique des collectivités locales (consultez la table des matières). Cette année, la confiance numérique fait l’objet de toutes les attentions. Alors que les systèmes d’informations des collectivités sont de plus en plus sensibles et que le RGPD doit être mis en oeuvre d’ici mai 2018, dans quelle mesure et avec quels moyens, nos mairies, agglomérations, départements et régions se préparent pour instaurer un climat de confiance dans l’espace digital proposé à leurs usagers ?

Le RGPD nouveau catalyseur des stratégies « sécurité » des collectivités

La confiance numérique a souvent été le parent pauvre de la transition digitale du secteur public ces dernières années. Elle revient sur le devant de la scène, avec cette prise de conscience de la puissance publique de sa responsabilité en matière de protection des données personnelles de ses usagers.

S’il faut se féliciter que plus d’un décideur sur deux de collectivités interrogés se considèrent en capacité de mettre en oeuvre les mesures du RGPD d’ici mai 2018, force est de constater que plus du tiers d’entre eux avouent que leur collectivité n’a ni encore pris en compte cette problématique en mai 2017 ni enclenché les actions qu’il faudrait en regard (5% d’entre eux n’ayant pas eu connaissance de ce nouveau règlement européen).

©MARKESS - Le RGPD booste les stratégies « sécurité » des collectivités

Les profils en charge de la gestion des données ont le vent en poupe

Pour répondre aux exigences du RGPD, les décideurs de collectivités interrogés privilégient plusieurs actions : implication des agents, évolution des modes de conduite des projets, cartographie de leurs données… mais surtout le recours à un nouveau profil de compétences avec la nomination de Data Protection Officers.

Ce sont d’ailleurs les différents profils en charge de la gestion des données qui sont plébiscités d’ici 2020 par ces décideurs. Peu représentés en 2017 (seuls 10% à 20% des décideurs les mentionnaient), les décideurs de collectivités recherchent d’ici 2020 des profils de :

  • « chief data officer » et « data protection officer » pour plus de 40% des décideurs.
  • « chief data manager » et « chief data governor » pour plus de 30% d’entre eux.

Ce constat est inédit dans l’univers des collectivités : ces profils étaient en effet très peu mis en avant ces 3 dernières années. La législation impose donc un nouveau rythme aux collectivités et les oblige à repenser leurs compétences internes dans ces domaines. Tout l’enjeu maintenant pour elles est de recruter/former ces profils dans les temps impartis et de les inciter à rejoindre la sphère publique. Un challenge qui s’annonce de taille puisque ces profils sont sous tension sur le marché et que la sphère privée se mobilise aussi pour les attirer !

—————————————————————————————————————————————–

Les principaux résultats de cette analyse sont aussi présentés dans la synthèse d’étude :

Observatoire des compétences et de la maturité
numérique des collectivités locales – Édition 2017

Info : les données et visuels présentés dans cet extrait d’étude sont issus du programme Secteur Public & Digital de MARKESS. Accessible depuis notre Portail client, ce programme d’information délivre en continu des données sur les ministères et agences de l’Etat ainsi que sur les collectivités locales, dévoilant les projets publics en cours et à venir liés à la gestion/exploitation des données mais aussi à l’optimisation de la gestion documentaire et des processus, à la relation usagers, au poste de travail, au cloud computing…

Pour plus d’informations sur nos analyses et sur nos programmes :
Contacter David Touitou – 01 56 77 17 77

—————————————————————————————————————————————–