La bonne gestion et valorisation des données publiques constitue un enjeu clé pour mener une transition numérique durable et responsable parmi les organismes publics en France. De leur ouverture et mise en qualité, à leur protection et analyse pour innover (services à l’usager, aide à la décision…), les administrations précurseurs ont commencé à se mobiliser ces dernières années et à affiner des modèles de gouvernance et de services dans plusieurs domaines.

A ce titre, la crise sanitaire de la Covid-19 révèle avec force le potentiel du numérique pour apporter des réponses à des situations complexes, notamment grâce à la bonne valorisation des données au cœur des processus de décisions durant cette crise. Qu’en est-il de la maturité des organismes publics en 2020 pour gérer et valoriser leurs données publiques ? Quelles typologies de données sont actuellement ouvertes et exploitées ? Quelles fonctions du cycle de vie de la donnée méritent attention ? Sont-ils engagés dans une démarche de mutualisation avec d’autres acteurs publics et/ou privés ? Vers quelles solutions orientent-ils leurs investissements d’ici 2022 ?

La maîtrise de l’intégralité des fonctions du cycle de vie des données s’impose en outre comme un prérequis indispensable. Or, selon les décideurs interrogés, si les organismes publics ont progressé sur les fonctions essentielles de gestion des données en amont de la valorisation (collecte, ouverture, protection, stockage, préparation et mise en qualité…), la marge de progrès d’ici 2022 se situe sur les fonctions liées à l’exploitation de ces données (analyse, intégration, traitement…), à leur gouvernance et à la gestion de leur fin de vie (archivage). En outre, cette gestion s’envisage pour une majorité de décideurs de manière transversale et mutualisée, à l’échelle de plusieurs services métiers en interne dans un premier temps, mais aussi au-delà, à l’échelle d’un écosystème d’acteurs, d’un département, d’une région ou d’une agglomération.

D’après Aurélie Courtaudon, Practice Leader Secteur Public & Digital de Markess by Exægis : « la concrétisation de ces démarches mutualisées se manifestent d’ores et déjà par le développement de plateformes de données, une tendance portée par le mouvement d’ouverture des données publiques (open data), des plateformes thématiques (données géographiques, santé…) ou multithématiques (supervision urbaine…). Elles sont déployées, gérées et maintenues à l’aide de partenaires, au premier rang desquels les entreprises du numériques et les délégataires de services publics. En outre, la proportion de décideurs prévoyant des investissements en solutions de gestion et valorisation des données est plus importante que ces dernières années, notamment vis-à-vis de solutions de visualisation, de protection et d’anonymisation, d’intelligence artificielle ou de big data. »


INFO : Les données communiquées ci-dessus sont extraites du programme de recherche continue Secteur Public et Digital de Markess by Exaegis. Accessible depuis notre Portail Client, ce programme délivre des analyses s’appuyant sur plusieurs centaines d’interviews annuelles de décideurs ainsi que de prestataires. Elles permettent, avec les données de marché, de comprendre l’état de l’art du marché et d’anticiper les grandes tendances à court terme (moins de 2 ans).

Vous faites partie des abonnés au programme Secteur Public et Digital de Markess by Exægis ? Accédez directement à cette étude sur notre Portail Client

Pour plus d’informations sur nos analyses et sur le contenu de nos programmes : Contactez Juliette Courty-Garnier01 56 77 17 77